Après “Geek is the new chic”, place au #Greenisthenewchic. Après tout, il n’y a aucune raison que la communauté scientifique ne suive pas le mouvement. On le sait tous, l’événementiel et l‘environnement ne vont pas de pair, mais il n’est pas trop tard pour les réconcilier et c’est l’objectif que nous nous sommes donnés.

Si des événements d’une aussi grosse envergure que le marathon de Londres et le festival « We love Green » sont parvenu à faire une différence, les conférences scientifiques n’ont plus d’excuses ! A travers ateliers, colloques, séminaires et congrès, nous construisons l’environnement parfait pour apprendre, partager et réseauter, alors pourquoi ne pas le faire de manière responsable ?

A travers cet article nous voulons non seulement vous donner des conseils sur comment organiser une conférence plus verte, mais également vous faire part de notre propre expérience chez PremC, car la théorie c’est bien beau, mais place à la pratique.

  1. Pas d’actions sans bonne communication 

Il est évident que n’importe quelle belle initiative soit-elle, ne peut avoir un réel impact si elle n’est pas convenablement transmise. Comme dans toute relation de couple, la communication c’est la clé du succès. Mettez-vous d’accord sur des objectifs réalisables et cohérents et faites-les savoir au plus grand nombre.

Chez PremC, la question environnementale est au cœur de l’ADN de l’entreprise. Ainsi, pour chaque problématique, nous nous efforçons de prendre la décision qui répondra aux mieux aux attentes des conférenciers, tout en limitant au maximum notre empreinte écologique. Par exemple, à défaut de pouvoir mettre en place des gobelets consignés et réutilisables bien connus des festivals, nous encourageons nos participants à garder leur verre en carton recyclé tout au long de la journée, limitant ainsi l’effet « usage unique ».

  1. Que vos goodies soient une agréable surprise 

Les cadeaux de bienvenue sont un incontournable en événementiel mais sont-ils vraiment nécessaires ? A la fois outil de marketing mais également source de souvenir, leur utilisation excessive n’est pas sans conséquence. Cependant il existe des alternatives pouvant répondre à l’ensemble de ces fonctions sans pour autant être néfaste pour l’environnement.

Du plastique au biodégradable, nous avons revu l’ensemble de nos goodies : stylo, cahier, clé USB…afin de fournir à nos participants des objets qui nous ressemble. Nous avons la conviction qu’en réduisant la fonction « corporate » des cadeaux et en créant des visuels plus attractifs, les goodies ont une espérance de vie nettement supérieure. Alors venez vite découvrir notre nouveau tote bag panda : aussi utile que craquant, ce sac vous dépannera dans bien des situations.

  1. Faites le grand nettoyage et dites NON au gaspillage 

En événementiel il est extrêmement dure de faire des prévisions véridiques, alors on fait des estimations, et de ces hypothèses découle parfois un pourcentage de perte alarmant.  Si le gaspillage est inévitable, pourquoi ne pas le prendre en considération en amont, dès la planification, afin de faciliter la prise en charge en aval ? Soyons proactif et ouvrons les yeux sur les problématiques actuelles.

Que ce soit gaspillage alimentaire, surplus de panneaux d’affichages, excédent de goodies…il existe toujours une alternative à la poubelle, et bien souvent elle se trouve plus proche que l’on ne le croit. Lors de la conférence Compumag en juillet 2019, organisée à la Sorbonne Université, nous avons fait la rencontre de Françoise Pinsard, référente de “Plan Vert”, une belle initiative visant à limiter l’empreinte environnemental de l’université. Afin de réduire les déchets, ces derniers se sont proposés de recycler et de réutiliser nos équipements de signalisation. Il suffit donc parfois de prêter un peu attention à ce qu’il se fait autour de nous, vous pourriez être surpris de toutes les initiatives que l’on peut trouver. Il existe également des associations, telles que Zero Waste France, qui fournissent des astuces très utiles sur “comment organiser un événement zéro déchet”.

  1. Le plastique ce n’est pas très chic

Dans un monde parfait, le plastique serait déjà banni depuis très longtemps. Malheureusement la réalité est beaucoup plus compliquée, particulièrement en événementiel. Si la prestation du marathon de Londres reste remarquable, avec une diminution de 216.000 bouteilles en plastiques en l’espace d’un an, grâce à des capsules biodégradables composées de gélatine d’algues brunes et de calcium, il n’en reste pas moins que certains secteurs peinent à trouver une solution viable.

Le plastique reste aujourd’hui le plus grand défi de PremC. N’ayant pas toujours accès à une source d’eau proche, il est impossible de mettre en place un système de fontaine ou de carafe, mais nous travaillons continuellement sur le sujet. Alors si vous avez des idées innovantes à nous proposer, surtout contactez-nous, il nous fera plaisir d’échanger avec vous.

  1. L’usage unique c’est catastrophique 

Pourquoi acheter dans le but de jeter ? En choisissant des produits intemporels, sobres et de qualité vous ferez non seulement des économies, mais la planète vous en sera également très reconnaissante. Du choix de la vaisselle à la préparation du café, il existe toute sorte d’alternative à l’usage unique. Plateaux en bois, nappes en tissu, thermos à café… sont le début d’une liste non exhaustive, alors faites preuve d’imagination, vos participants en seront d’autant plus touchés.

Il n’y a pas de petites actions, il n’y a que de belles actions. La marge de progression sur la question environnementale est d’une telle grandeur que nous avons tous un rôle à jouer, mais là est la beauté de la chose. Alors soyez de la partie et rejoignez le mouvement #Green&Geek.